Les océans stellaires

Issu d’une tradition romanesque et populaire du Space Opéra le dernier roman de Loïc Henry « Les océans stellaires » joue la partition de la conquête spatiale, façon expansion à outrance comme on la connait déjà tant. Oui, mais celui-ci a choisi une voie pour le moins originale et quasi-jamais « explorée » : une version maritime. Et ce roman aquatique, ludique et imaginatif, nous promet quelques heures agrémentées du plaisir simple des bons divertissements.


scrineo, 2016
scrineo,
2016

Alors que l’équilibre s’est durablement établi entre les trois grandes puissances politiques, et même si l’on compte encore quelques conflits armés sur certaines planètes notamment pour la domination de certaines ressources, les navigateurs qui découvrent de nouveaux passages entre les planètes ont un statut particulier puisqu’ils alimentent le besoin permanent d’expansion. Mais que se passera t- il si l’un d’eux découvre un passage qui mène vers une civilisation intelligente encore inconnue ?
Luu li, est l’une de ces Explos et malgré son jeune âge elle affiche une réussite insolente pour trouver au fond des océans les fameux passages. Et les primes de cette exploratrice talentueuse deviennent des plus substantielles avec sa dernière découverte qui mène vers des planètes inconnues ; inconnues et peuplées par des êtres intelligents. Les primes s’accumulent ainsi qu’une encombrante notoriété et quelques visites aussi inattendues que lourdes de conséquences. L’arrivée, par exemple, du Chef des armées et de sa Psycho-éthologue vedette : Stella, surprenant sosie de Luu Li, qui possède elle aussi un instinct remarquable. De cette découverte qui reste pourtant très confidentielle, va naitre une concentration de personnages tous différents, mais qui, tous à leur manière, sont des êtres hors du commun. Et comme chacun joue sa propre partition et il s’ensuit inévitablement maints rebondissements sur fond de guerre de conquête, intrigue politique et vengeance personnelle.

Les tribulations de Stella et de Luu Li constituent le fil directeur de ce roman original et efficace qui paradoxalement se perd un peu dans toutes ses ramifications. Riches d’intrigues attrayantes qui se croisent mais ne s’assemblent toutefois pas en un tout homogène. Oui, certaines pistes manquent cruellement d’épaisseur. Ce qui constitue ordinairement un défaut, entrave, ici, assez peu ce récit ludique. Loïc Henry mène son histoire à bon port, sur un rythme vif pour un moment de lecture distrayant. N’oubliant rien des éléments qui font le romanesque, ce roman fait la part belle aux manigances, aux stratagèmes et bien sûr à l’aventure. D’autant que l’écriture leste s’avère elle aussi efficace. Elle renforce l’attra ction qui nait rapidement de cette lecture. On suit alors les personnages principaux, se laissant porter pour ne profiter que du meilleur du roman.


En conclusion « les océans stellaires » est une lecture consensuelle et plaisante. S’il ne jouit pas de très grandes qualités qui le mettraient largement au-dessus de la moyenne, il n’en est pas moins un bon roman. Car ce récit distrayant est en somme, un vrai divertissement original et récréatif.

Un commentaire Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *