Les étoiles s’en balancent

Mariage réussi entre récit post-apocalyptique et aventures aériennes.
Une narration foutrement épique couplée à une once de subtilité qui vous emmène convoler de batailles en voltiges sur un rythme impétueux.
Remarqué par son roman plébiscité et primé les pilleurs d’âmes, Laurent Whales nous livre ici un ouvrage romanesque où l’envoûtant plaisir de l’aventure est au rendez-vous!


 

étoilesbalancentDernier pilote connu Tom Costa est un privilégié. Car tout en assurant ce qui reste de liaisons administratives entre Maux et Ponteaux, son petit coucou lui permet d’alimenter un frêle marché noir.
Avec l’effondrement de l’Europe, la civilisation a quasiment disparu. Barricadées, claquemurées, les villes se sont érigé des fortifications pour s’isoler de l’extérieur où plus aucune règle sociale ne subsiste.
Tom y a organisé sa vie autour de ce qu’il considère comme son privilège doré, mais qui le place au cœur des événements. Dès les premiers soupçons, les premières escarmouches les événements se précipitent instillant d’un coté la peur et plongeant, d’un autre coté, Tom au pire endroit : au cœur d’une invasion militaire. Acculé par les chantages, il se découvre une audace face à l’adversité que le frisson de l’adrénaline va décupler et assurer la lucidité nécessaire à ce chef d’escadron improvisé.
Le préambule annonciateur nous laisse découvrir Tom survivant à un atterrissage forcé en pleine forêt, zone hostile où les meutes de chiens et les Sauvages hors-zone rivalisent de violence pour se repaître de chaire humaine. Dès lors les faits d’armes de notre héros vont crescendo. Vols de reconnaissances périlleux salué par d’hostiles mitrailleurs, rencontres aériennes musclées, s’enchaînent ne laissant que peu de repos aux lecteurs comme aux protagonistes.


La guerre, la trahison mais aussi la bravoure, l’amitié… et tant d’autres champs encore se retrouvent là pêle-mêle, et sous cette profusion, le qualificatif « épique » se tartine à toutes les sauces. Sans se servir de superlatifs galvaudés, la véritable réussite de Laurent Whales dans ce roman, tient de son écriture fluide et plaisante, mais aussi de l’intelligente construction qui à l’instar des grands thrillers vous tient aux tripes et ne vous libère qu’au dénouement : une lecture addictive.